Bandeau LOCVS SOLVTVS 
Brimborions
   xylakaviens

fbb aah xyljack.net

 
 

Sommaire

Émile & Lucette, ou les bons amis font les bons comptes

Émile & Lucette, ou les bons amis font les bons comptes


Placer le curseur de la souris sur le texte pour y faire apparaître les nombres.

___Las des héroînes désincarnées et de ces dindes minables, au bord de ce chemin hideux de l'octroi qu'a tracé saint Cloud, le Belge s'assit sous un arbre à côté de Lucette :
— Ouïtes-vous jamais une euphorie pareille ?
___Mais la jeune femme dit sans lui répondre :
— Voyez ce bronze, dans le doux zéphyr très odorant, qu'à tort Zénon nomma zinc et qu'un zombie saisit à pleines dents, avant même que je ne prédisse cette issue. Faudra-t-il donc qu'on interdise huîtres et bulots ? Plutôt que le peuple brandisse nœud phrygien et bonnet gordien !
— Ainsi, vous vîntes de Trente à Carantan. Que n'allâtes-vous plutôt à Saint-Quentin ?
— Il est trois fois vain de parler de soi sans tenir compte d'autrui. C'est que le diable y planta ses tentes  (1) et on n'y parle que de lui tant est  (2) grand son empire. Hier encore, une nonne entra dans sa danse, perdant de vue l'essentiel (et son Ciel, par la même occasion). Mais ses consœurs s'en dispensèrent et s'en vinrent à la Sainte Table, sans trantran  (3).
— Tout cela finira dans le sang car, entre nous, l'effervescence incantatoire de certains fait d'eux, sans qu'ils le sachent, des chauffards sur l'étroit sentier de la politique.
— Pourtant, je me dis souvent : « ils n'ont qu'à t'ressembler, au lieu de s'incendier pour un rien, durcissant le ton de phrase en phrase. » Mais ils aiment trop cette senteur du combat, cette puissance des mots. Alors qu'ils ne sont pas moins flasques qu'un œuf sans sa coquille. Qu'en dites-vous, Émile ?
— Cela me rend cafardeux, milady. Un ami montmartrois milite pour que Lucas Tremyl  (4) y mette bon ordre, avec l'aide de saint Milan.
— Milan ? N'y aurait-il pas une similitude avec Émile ?
— Peut-être bien. En tous cas, il combat cette militarisation de la vie citoyenne.
— Et qu'est-ce qui lui mit la puce à l'oreille ?
— Nous traversions le Pont-Neuf. M'y laissant face-à-face avec Henri IV, il me cria « lundi, milieu d'après-midi, ici même ! » et, bondissant, mit les voiles en direction du Châtelet. Ah ! Marot !
— Pourquoi le traiter de maraud ?
— Vous vous méprenez : je pensais à l'Épître à son ami Lyon, que Clément Marot avait écrite alors qu'il se trouvait au Châtelet.
— Il faisait du théâtre ? Je croyais que c'était un poète.
— Poète, certes, mais en prison - la prison du Grand Châtelet, justement.
— Et son ami l'y a retrouvé ?
— Non, mais il souhaitait voir sa condition adoucie, et les effets de son industrie l'y ont bien aidé, ô nymphe inimitable !
___Las des héroînes désincarnées et de ces dindes minables, au bord de ce chemin hideux de l'octroi qu'a tracé saint Cloud, le Belge s'assit sous un arbre à côté de Lucette :
Ouïtes-vous jamais une euphorie pareille ?
___Mais la jeune femme dit sans lui répondre :
— Voyez ce bronze, dans le doux zéphyr très odorant, qu'à tort Zénon nomma zinc et qu'un zombie saisit à pleines dents, avant même que je ne prédisse cette issue. Faudra-t-il donc qu'on interdise huîtres et bulots ? Plutôt que le peuple brandisse nœud phrygien et bonnet gordien !
— Ainsi, vous vîntes de Trente à Carantan. Que n'allâtes-vous plutôt à Saint-Quentin ?
— Il est trois fois vain de parler de soi sans tenir compte d'autrui. C'est que le diable y planta ses tentes  (1) et on n'y parle que de lui tant est  (2) grand son empire. Hier encore, une nonne entra dans sa danse, perdant de vue l'essentiel (et son Ciel, par la même occasion). Mais ses consœurs s'en dispensèrent et s'en vinrent à la Sainte Table, sans trantran  (3).
— Tout cela finira dans le sang car, entre nous, l'effervescence incantatoire de certains fait d'eux, sans qu'ils le sachent, des chauffards sur l'étroit sentier de la politique.
— Pourtant, je me dis souvent : « ils n'ont qu'à t'ressembler, au lieu de s'incendier pour un rien, durcissant le ton de phrase en phrase. » Mais ils aiment trop cette senteur du combat, cette puissance des mots. Alors qu'ils ne sont pas moins flasques qu'un œuf sans sa coquille. Qu'en dites-vous, Émile ?
— Cela me rend cafardeux, milady. Un ami montmartrois milite pour que Lucas Tremyl  (4) y mette bon ordre, avec l'aide de saint Milan.
— Milan ? N'y aurait-il pas une similitude avec Émile ?
— Peut-être bien. En tous cas, il combat cette militarisation de la vie citoyenne.
— Et qu'est-ce qui lui mit la puce à l'oreille ?
— Nous traversions le Pont-Neuf. M'y laissant face-à-face avec Henri IV, il me cria « lundi, milieu d'après-midi, ici même ! » et, bondissant, mit les voiles en direction du Châtelet. Ah ! Marot !
— Pourquoi le traiter de maraud ?
— Vous vous méprenez : je pensais à l'Épître à son ami Lyon, que Clément Marot avait écrite alors qu'il se trouvait au Châtelet.
— Il faisait du théâtre ? Je croyais que c'était un poète.
— Poète, certes, mais en prison - la prison du Grand Châtelet, justement.
— Et son ami l'y a retrouvé ?
— Non, mais il souhaitait voir sa condition adoucie, et les effets de son industrie l'y ont bien aidé, ô nymphe inimitable !


(1)  Prononciation ancienne de septante.
(2)  Variante d'octante, pour quatre-vingts.
(3)  Qu'il soit permis de citer Émile Littré :
On entend quelquefois dire train-train ; c'est une corruption de trantran, par confusion.
(4)  Peu connu du grand public, Lucas Tremyl est l'héritier pacifiste d'une vieille famille de Pohnpei (cette petite île du Pacifique, bien connue des lovecraftiens sous son nom ancien de Ponape).
 
Plan du site  &   Mentions légales___Site éclos sur Skyrock, développé avec Axiatel  et mûri sur Strato.com___© 2015-2017 - XylonAkau