Bandeau LOCVS SOLVTVS 
Brimborions
   xylakaviens

fbb aah xyljack.net

 
 

Sommaire


___Émile & Lucette, ou quand les bons amis font les bons comptes

___tmttnt     n     aniyas     d     tntwtnt     safyra

___Duos culinaires

___L'exécuteur (histoire tristounette)

 

Émile & Lucette, ou quand les bons amis font les bons comptes


Placer le curseur de la souris sur le texte pour y faire apparaître les nombres.

___Las des héroïnes désincarnées et de ces dindes minables, au bord de ce chemin hideux de l'octroi qu'a tracé saint Cloud, le Belge s'assit sous un arbre à côté de Lucette :
— Ouïtes-vous jamais une euphorie pareille ?
___Mais la jeune femme dit sans lui répondre :
— Voyez ce bronze, dans le doux zéphyr très odorant, qu'à tort Zénon nomma zinc et qu'un zombie saisit à pleines dents, avant même que je ne prédisse cette issue. Faudra-t-il donc qu'on interdise huîtres et bulots ? Plutôt que le peuple brandisse nœud phrygien et bonnet gordien !
— Ainsi, vous vîntes de Trente à Carantan. Que n'allâtes-vous plutôt à Saint-Quentin ?
— Il est trois fois vain de parler de soi sans tenir compte d'autrui. C'est que le diable y planta ses tentes  (1) et on n'y parle que de lui tant est  (2) grand son empire. Hier encore, une nonne entra dans sa danse, perdant de vue l'essentiel (et son Ciel, par la même occasion). Mais ses consœurs s'en dispensèrent et s'en vinrent à la Sainte Table, sans trantran  (3).
— Tout cela finira dans le sang car, entre nous, l'effervescence incantatoire de certains fait d'eux, sans qu'ils le sachent, des chauffards sur l'étroit sentier de la politique.
— Pourtant, je me dis souvent : « ils n'ont qu'à t'ressembler, au lieu de s'incendier pour un rien, durcissant le ton de phrase en phrase. » Mais ils aiment trop cette senteur du combat, cette puissance des mots. Alors qu'ils ne sont pas moins flasques qu'un œuf sans sa coquille. Qu'en dites-vous, Émile ?
— Cela me rend cafardeux, milady. Un ami montmartrois milite pour que Lucas Tremyl  (4) y mette bon ordre, avec l'aide de saint Milan.
— Milan ? N'y aurait-il pas une similitude avec Émile ?
— Peut-être bien. En tous cas, il combat cette militarisation de la vie citoyenne.
— Et qu'est-ce qui lui mit la puce à l'oreille ?
— Nous traversions le Pont-Neuf. M'y laissant face-à-face avec Henri IV, il me cria « lundi, milieu d'après-midi, ici même ! » et, bondissant, mit les voiles en direction du Châtelet. Ah ! Marot !
— Pourquoi le traiter de maraud ?
— Vous vous méprenez : je pensais à l'Épître à son ami Lyon, que Clément Marot avait écrite alors qu'il se trouvait au Châtelet.
— Il faisait du théâtre ? Je croyais que c'était un poète.
— Poète, certes, mais en prison - la prison du Grand Châtelet, justement.
— Et son ami l'y a retrouvé ?
— Non, mais il souhaitait voir sa condition adoucie, et les effets de son industrie l'y ont bien aidé, ô nymphe inimitable !
___Las des héroïnes désincarnées et de ces dindes minables, au bord de ce chemin hideux de l'octroi qu'a tracé saint Cloud, le Belge s'assit sous un arbre à côté de Lucette :
Ouïtes-vous jamais une euphorie pareille ?
___Mais la jeune femme dit sans lui répondre :
— Voyez ce bronze, dans le doux zéphyr très odorant, qu'à tort Zénon nomma zinc et qu'un zombie saisit à pleines dents, avant même que je ne prédisse cette issue. Faudra-t-il donc qu'on interdise huîtres et bulots ? Plutôt que le peuple brandisse nœud phrygien et bonnet gordien !
— Ainsi, vous vîntes de Trente à Carantan. Que n'allâtes-vous plutôt à Saint-Quentin ?
— Il est trois fois vain de parler de soi sans tenir compte d'autrui. C'est que le diable y planta ses tentes  (1) et on n'y parle que de lui tant est  (2) grand son empire. Hier encore, une nonne entra dans sa danse, perdant de vue l'essentiel (et son Ciel, par la même occasion). Mais ses consœurs s'en dispensèrent et s'en vinrent à la Sainte Table, sans trantran  (3).
— Tout cela finira dans le sang car, entre nous, l'effervescence incantatoire de certains fait d'eux, sans qu'ils le sachent, des chauffards sur l'étroit sentier de la politique.
— Pourtant, je me dis souvent : « ils n'ont qu'à t'ressembler, au lieu de s'incendier pour un rien, durcissant le ton de phrase en phrase. » Mais ils aiment trop cette senteur du combat, cette puissance des mots. Alors qu'ils ne sont pas moins flasques qu'un œuf sans sa coquille. Qu'en dites-vous, Émile ?
— Cela me rend cafardeux, milady. Un ami montmartrois milite pour que Lucas Tremyl  (4) y mette bon ordre, avec l'aide de saint Milan.
— Milan ? N'y aurait-il pas une similitude avec Émile ?
— Peut-être bien. En tous cas, il combat cette militarisation de la vie citoyenne.
— Et qu'est-ce qui lui mit la puce à l'oreille ?
— Nous traversions le Pont-Neuf. M'y laissant face-à-face avec Henri IV, il me cria « lundi, milieu d'après-midi, ici même ! » et, bondissant, mit les voiles en direction du Châtelet. Ah ! Marot !
— Pourquoi le traiter de maraud ?
— Vous vous méprenez : je pensais à l'Épître à son ami Lyon, que Clément Marot avait écrite alors qu'il se trouvait au Châtelet.
— Il faisait du théâtre ? Je croyais que c'était un poète.
— Poète, certes, mais en prison - la prison du Grand Châtelet, justement.
— Et son ami l'y a retrouvé ?
— Non, mais il souhaitait voir sa condition adoucie, et les effets de son industrie l'y ont bien aidé, ô nymphe inimitable !


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Notes ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
(1)  Prononciation ancienne de septante.
(2)  Variante d'octante, pour quatre-vingts.
(3)  Qu'il soit permis de citer Émile Littré :
On entend quelquefois dire  train-train ; c'est une corruption de  trantran, par confusion.
(4)  Peu connu du grand public, Lucas Tremyl est l'héritier pacifiste d'une vieille famille de Pohnpei (cette petite île du Pacifique, bien connue des lovecraftiens sous son nom ancien de Ponape ).
 

tmttnt  n  aniyas  d  tntwtnt  safyra


Ce texte est

  • la transcription en CifinaP (dans l'alphabet utilisé par les Imajeren de la région de Tahoua et Birni-N-Konni au Niger)
    • de la traduction en tamajeq réalisée par SIM (voir plus bas)
      • d'un extrait des Actes de Apôtres  (chapitre V, versets 1 à 10).

amcn  ly  als  yan  ygn  sm  aniyas     ta  pwrs  smnt  safyra
yzun  nta  dta  pwrs  tawgst  yt
wytfdw  das  nazrfnt  dap  tsan  ta  pwrs  awy  awa  dyqymn  ynmwzl
ktzr  ynas  ftrs
aniyas  mas  ky  ysxrk  ybls  yga  dpak  rkman  yssgyk  bahw  ymn  wyn  zadwgni  ttafapyn  das  nzrf  wa  dyn  ta  tawgstnak
qdat  nzniak  tawgst  dy  tlank  a  tha  ma     dp  ady  as  tt  yn  tzup  azrf  wa  dyn  tua  ynk  wrga
dp  ady  ma  fl  as  dw  tktp  ygy  nrt  wli  dady     wrgp  ytadm  as  tga  bahw
nas  ysla  aniyas  yawal  wa  yftqt  batw     ytydm  wyn  slian  yawn  kwl  tgztn  lbast
naglidw  madan  wyn  mdrwnan  slsantw  afr  awayantw  nblityn
nwatayn  nkrd  lwqn  dfr  yca  naniyas  twsdw  ta  pwrs  tgzd  ahn  wr  tt  han  slan  nawa  ygn
nkystntt  ftrs  ynas
mly  azrf  adp  a  dyn  tzum  tawgwstnwn
tnas
awla  nta  dyda  kwl
nqtzar  ynas  ftrs
mny  awas  tnmrdm  ad  tjrbm  yman  wyn  zdwgnan  nmly     ntn  dan  ytadm  wyn  dyn  nblian  alsnm  qlidw  lan  pwr  tshrt  a  km  awyn  kmda
ltamzyt  tndp  a  dp  tftqt  dat  nmzwl  batt     gzndw  madn  wyn  madrwnan  wyn  dyn  blian  alst  wsnttdw  wr  tdr     awyntt  nblittyn  dgma  nalsnt

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Nota-bene ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
  1. Les Actes des Apôtres  ont été traduits par  SIM - B.P. 10065 - 8000 Niamey - Niger
    ___sous le titre Igitan ən-Nəmmuzal  et publiés dans le fichier Acts_Tamajeq_Romanised.pdf .
  2. Dans la traduction, Pierre  est appelé Fiyar  ; le texte ci-dessus lui conserve son nom gréco-latin de Fetrəs  (ftrs).
  3. La numérotation des versets, hybride de CifinaP et de chiffres romains, relève évidemment de la fantaisie.

 

Duos culinaires


L'émission culinaire  était (et est peut-être encore) un incontournable de la télévision française, reposant le plus souvent sur un duo. Si les hasards de la vie vous amènent à devoir en recruter un, vous aurez donc le choix (dans l'état actuel de la morphologie humaine) entre


 une cuisinièreun cuisinier
une assistanteMaïté Ordonez
_________Micheline Banzet
C'est ça ! Kinder, Küche, Kirche  – comme dans la Prusse du XIXème siècle – les femmes dans la cuisine à préparer la poule-au-pot, pendant que les hommes font les coqs au milieu du salon !
Raymond Oliver
_________Catherine Langeais
C'est le monde à l'envers ! Regardez monsieur qui fait le fier, pendant que la petite madame joue les potiches ; mais à la maison, quand on verra monsieur tenir la queue d'une casserole, les poules auront des dents !
un assistantBabette de Rozières
_________Emmanuel Maubert
Qui se coltine tout le travail pendant que l'autre ne fait que regarder ? – et de loin ! vous ne voudriez quand même pas qu'il risque de se salir, le petit monsieur !
Michel Oliver
_________Jean Lanzi
Même à l'Académie française, ils ont fini par s'apercevoir que, dans le monde, il y avait aussi des femmes. Mais à la télévision, il faudra encore attendre !

Placer le curseur de la souris dans l'une des cases à fond rouge ou vert pour afficher la réaction des réseaux sociaux .
 

L'exécuteur (histoire tristounette)

Pour afficher les tableaux des sept actants, placer le curseur de la souris sur un passage du texte en  rouge brique.


___Depuis qu'il avait réussi à se faire recruter dans la bande de Serge-la-Débrouille (la seule encore capable de rivaliser avec les hommes de Grégoire-le-Tourangeau), Paul végétait, cantonné aux guets et aux relations avec les fourgues ;
SujetFonctionObjetDestinateurDestinataireAdjuvantOpposant
La bande de Sergegagner argent et pouvoirSergeLa bandePaulGrégoire

mais il attendait son heure, confiant qu'elle finirait par sonner.
___Depuis qu'il avait réussi à se faire recruter dans la bande de Serge-la-Débrouille (la seule encore capable de rivaliser avec les hommes de Grégoire-le-Tourangeau), Paul végétait, cantonné aux guets et aux relations avec les fourgues ; mais il attendait son heure, confiant qu'elle finirait par sonner.

Aussi ne fut-il qu'à moitié surpris quand le grand chef lui-même le prit à part :
— Paulo, il y a longtemps que je te suis, et je vais te donner un travail de confiance. Mais surtout, tu n'en parles à personne.
— Bien sûr, patron, vous pouvez compter sur moi.
— Alors, voilà. Qu'est-ce que penses de Robert ?
— C'est un dur, et un as dans son genre. C'est rare qu'il manque son coup. Seulement un peu fier, parfois.
— Oui, je sais, c'est l'image qu'il donne à tout le monde. Mais on a découvert qu'il nous doublait.
— Pas possible ! Lui ?
— Oui. Ça fait plusieurs mois qu'il fricote avec les hommes de Grégoire le Tourangeau, et ça ne me plaît pas.
— Ça se comprend !
— Il faut y mettre le holà avant qu'il ait commis trop de dégâts chez nous.
— C'est sûr.
— Alors, je me suis dit que tu étais le mieux placé pour t'en charger. On a appris que demain soir, il devait rencontrer Grégoire en personne, dans le vieux garage. Tu vas y aller, attendre qu'ils discutent et là, tu ouvres la porte, et dis à Robert quelque chose comme « Salaud ! Tu nous as trahis, mais tu ne l'emporteras pas au paradis ! » Et tu le flingues. Mais ne tire pas trop vite, qu'il ait le temps de comprendre sa douleur et de voir venir la balle. D'accord ?
— C'est du lourd que vous me demandez.
Je sais, mais c'est pour ça que je t'ai choisi, toi, et pas un autre. Alors, c'est d'accord ?

C'est d'accord. J'irai demain soir.
SujetFonctionObjetDestinateurDestinataireAdjuvantOpposant
Pauléliminer RobertSergeLa bande Robert

C'est d'accord. J'irai demain soir.
— Très bien. C'est un grand service que tu nous rends, à nous tous, tu sais.

Le lendemain soir, Robert alla au garage, écouta à la porte et entendit deux voix – pas parfaitement distinctes mais il reconnut quand même celle de Robert ; l'autre devait être celle du Tourangeau. Il attendit quelques instants, puis ouvrit brusquement la porte et commença :
— Salaud de Robert ! Tu nous

Mais il n'eut pas le loisir de continuer : Robert venait de tirer, et, comme Paul lui-même l'avait fait observer la veille, il manquait rarement son coup.

Le lendemain, vers la même heure, dans le bureau de Serge :

C'est un peu dommage qu'il ait fallu sacrifier Paulo, vous ne pensez pas, patron ?
SujetFonctionObjetDestinateurDestinataireAdjuvantOpposant
Robertinfiltrer la bande de GrégoireSergeLa bandePaulPaul

C'est un peu dommage qu'il ait fallu sacrifier Paulo, vous ne pensez pas, patron ?
— Bien sûr, Robert. Mais le Tourangeau commençait à avoir des doutes ; c'était la seule façon de le persuader que je tu nous avais réellement trahis. Et ça a marché, non ?

Placer le curseur de la souris sur cette ligne pour afficher le tableau complet.
SujetFonctionObjetDestinateurDestinataireAdjuvantOpposant
La bande de Sergeaugmenter ses biensSergeLa bandePaulGrégoire
Pauléliminer RobertSergeLa bande Robert
Robertinfiltrer la bande de GrégoireSergeLa bandePaulPaul


 
Plan du site  &   Mentions légales___Site éclos sur Skyrock, développé avec Axiatel  et mûri sur Strato.com___© 2015-2017 - XylonAkau